Le Tour du Monde de Thomas

Seul et en stop, de septembre 2006 à septembre 2007

25 septembre 2006

(Sénégal) Kms parcourus : 0 ; Argent dépensé : 2 Eur

Nous sommes lundi, l'activité économique reprend mollement à Dakar, nous sommes en période de ramadan. J'abats ce matin mes dernières cartes auprès des compagnies de transit, SDV, Maersk, Roro Oceanic et Antrak. Résultat : deux adresses email d'armateurs à contacter. Un tour au cybercafé et je me raccroche faute de mieux au dicton anglais : Wait and See. Je me donne deux jours pour avoir une réponse. Après quoi, je prendrai l'avion, je ne souhaite pas moisir à Dakar. Je passe l'après-midi à lire et à éplucher la presse sénégalaise, notamment l'Aurore. J'apprends beaucoup de chose sur Leopold Sedar Senghor, poète de l'action, à la fois homme d'état et intellectuel sénégalais. Sa pensée me plaît beaucoup. Il insiste sur l'enracinement culturel, qui doit s'enrichir de l'ouverture aux "apports fécondants" des autres cultures, des autres civilisations. Et cette ouverture conduit nécessairement au métissage, qui constitue le fondement, la raison d'être de la Civilisation de l'Universel. L'enracinement sans l'ouverture conduit irrémédiablement à la ghettoïsation, au racisme, à la guerre. Senghor est bien placé pour le savoir, il est passé par les camps de concentration durant la Seconde Guerre Mondiale. Je m'endors sur ces paroles philosophiques.

Posté par thomasdivier à 14:06 - 06. 09/2006 Sénégal - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire