Le Tour du Monde de Thomas

Seul et en stop, de septembre 2006 à septembre 2007

14 octobre 2006

(Brésil) Kms parcourus : 0 ; Argent dépensé : 12 Eur

Jorge, Carlos Roberto et Luana ont une voiture et nous partons pour une plage pas trop touristique, à quelques kilomètres de Salvador. Partie de football France - Brésil sur le sable, nous prenons une belle déculotée. Nous nous attablons ensuite à une paillotte pour déguster du poisson fraîchement pêché, accompagné de riz et d'une sauce gélatineuse. Sur la plage, des brésiliens dansent la capoeira, en duo. Mes talents de footballeurs étant aussi limités que ceux de danseurs, je préfère aller surfer sur les vagues ou plutôt barboter dans le "washing machine". Ca décoiffe ! Petite douche à l'hôtel et nous repartons avec nos amis brésiliens chez Jorge, célibataire endurci, qui nous retrace sa vie à travers quelques photos. Nous rejoignons ensuite d'autres amis qui organisemt une petite fête dans un quartier très populaire. Ce n'est pas véritablement une favela, même si cela a la même structure : construit sur des hauteurs, rues très étroites et non bitumées. En revanche les toits ne sont pas en tole ondulée et il y a quelques petits signes extérieurs de richesse. L'anbiance dans la maison où nous arrivons est extraordinaire : des dizaines de gamins nous saluent et observent avec curiosité les gringos. On nous offre à boire et à manger, puis nous sortons écouter des airs de tam-tam, dans la rue. Nous sommes tous conscients de la chance unique de partager ce moment de bonheur. Mais il ne s'agit que du début de la soirée et Jorge nous réserve d'autres surprises. Nous roulons à vive allure vers la banlieue éloignée de Salvador pour découvrir une cérémonie traditionnelle afro-brésilienne de Candomblé. Le Candomblé est un mélange subtil de catholicisme, de rites indigènes et de croyances africaines et s'est développé avec les esclaves issus de la Traite des Noirs. Aucun folklore ici, nous sommes de nouveau les seuls occidentaux. C'est absolument superbe : toutes les personnes présentes sont vêtues en blanc, les femmes ont de grandes robes avec des coiffes parfois extravagantes. La cérémonie dure de très longues heures, des danseurs en transe sont régulièrement évacués à l'air libre, ils ne tiennent plus debout. Epuisés, au petit matin, nous reprenons la route de l'auberge. Petite pause surréaliste dans une station service où nous dansons comme des fous autour de la voiture pour griller l'énergie qui nous reste encore. Probablement une de mes meilleures soirées au Brésil !

Posté par thomasdivier à 20:22 - 07. 10/2006 Brésil - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire